Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bienvenue chez Lucie-y

Bienvenue chez Lucie-y

Mon blog est un ressenti de ce que j’aime. Mes vers m’entraînent si loin que je me plais dans une solitude que je recherche et/ou je découvre un abri pour écrire et créer. J'ai des amis triés au volet et je suis dans des associations diverses. En fait, je me sens très unique dans ce jingle qui est là vie ! Il me reste beaucoup de temps pour continuer mes passions. Je ne suis qu’une artiste peintre et auteure qui courent sur le sentier de sa conscience pour atteindre la lumière...

Publié le par Lucie-y
Publié dans : #Poésies

La nuit plante ses crocs,

dans le crâne du rêveur

la forêt a dévoilé son cœur

ou coule le feu

le feu des rêves

Nuit féerique

dans les cascades de visions

le monde est immense

vivant plusieurs vies

en fragments

dérobés à l'éternité

Didier OBER.

Ivan watelle mon meilleur ami éditeur.

Voir les commentaires

Publié le par Lucie-y
Publié dans : #Donner pour les pauvres !
Pauvreté
Pauvreté

Pourquoi changer le monde, alors que l’univers est en nous ?

Changeons-nous nous même... Il suffit de le vouloir !

Il faut chercher dans sa conscience les amalgames de pensées négatives que nous avons, alors que la lumière est déjà infiltrée en nous…

Pourquoi effacer ses pensées créatives pour un charlatan qui s’appelle Satan le fou ?

Tout simplement, parce que l’hôtel des offrandes n’atteint que notre égoisme!

Donnons pour les pauvres !

Lucie-y

Voir les commentaires

Publié le par Lucie-y
Publié dans : #Poésie libre
Il est grand temps

Il est grand temps !

Il est temps d’oublier l’image des regrets,

Ou le passé s’absorbe en une forme puritaine

Enlacer cette pensée à l’allure de reine,

Projetée dans les sphères par un souffle puissant.

Revenant en image cassante résistante à l’agonie,

De l’avoir quittée tout le long de sa vie

Croquemitaine de l’homme, pourquoi finir ainsi ?

Belle en teinte, étoile d’or du passé

L’image de ses regrets s’éteint

Sa peine n’est pas feinte,

Brouillée par ses larmes, elle s’éloigne.

Son cœur est devenu ivoire et dure en parole,

Effeuiller sa mémoire pour en faire un linceul

Crier dans le vent et éloigner ses frayeurs,

Fermer l’image des regrets et cacher ses peurs.

Elle danse dans le vent et crie à la vie,

Jetant dans les collines ses principes enfouis.

La lumière est d’or blanc, elle est triste à mourir,

Regarder son poème et l’offrir.

À la plus belle chose de la vie, l’espérance.

Lucie-y

Voir les commentaires

Publié le par Lucie-y
Publié dans : #Poésies libres
Attachement. Ma photo de Rillieux.

Un ciel de nuit se découvre dans la nébulosité de mon esprit,

Ha ! Affabulation divine liée aux sensations de mon Âme !

Elle est où cette émanation que je poursuis dans mes nuits ?

Uniquement dans le trajet d’une vie si riche de Dieu ici - bas.

Perpétuer ma marche vers un amour impossible,

Centrez mon esprit vers une colline en dérivé tout là-bas

Les déesses hèlent les anges prêts à intervenir avec génies

Qualité surhumaine dont je m’incline avec une grande estime.

Piètre charitée de petits lutins prêts à m’intercepter dans leurs rires,

Je les nargue en leurs offrants un tapi rouge fait de falbalas

D’un geste, ils dessinent l’homme de ma vie dans mon esprit

Je pleure, car cette calligraphie que je crée est très loin de moi.

Lucie-y

Voir les commentaires

Publié le par Lucie-y
Publié dans : #Protection du divain
Protection du Divin.
Protection du Divin.

Martin a peut-être connu le pire cauchemar imaginable. Celui d'être bloqué sans même pouvoir appeler à l'aide. Comme le célèbre athlète homonyme, Martin Pistorius habite en Afrique du Sud. Il vit avec ses parents, son frère et sa sœur. A la fin des années 1980, il a 12 ans et il tombe subitement malade. Les médecins ne sont pas sûrs de ce qui lui arrive mais une grave méningite est soupçonnée. Peu à peu, l'état du jeune garçon empire. Il ne parvient plus à marcher, ni à parler, pour finir par perdre toute capacité de bouger son corps. Martin entre dans un état végétatif A l'hôpital, les médecins ne croient plus aux chances de l'enfant. Ce type de méningite est presque toujours mortel. Une seule chose à faire pour les parents, prendre soin de Martin jusqu'à son inévitable décès. Mais contre toute attente, Martin ne va pas mourir. Mieux, au bout de deux ans, il se réveille."J'étais conscient de tout ce qui se passait, comme une personne normale" raconte-t-il à NPR. Sauf que son corps ne bouge toujours pas d'un cil et pour son entourage, Martin est un véritable légume, incapable de comprendre ce qu'il se passe. Pendant 12 ans, il va être piégé dans son corps. Appelé "syndrome d'enfermement," cet état est généralement consécutif d'un accident cérébral car il coupe les influx nerveux entre le cerveau et le corps. L'esprit continue de fonctionner mais le corps ne suit pas. Le syndrome est connu depuis les années 1940 mais a été très médiatisé en 1997, lorsque sort le livre "Le Scaphandre et le Papillon." Adapté au cinéma, il a été écrit par Jean-Dominique Bauby, ancien rédacteur en chef de Elle, lui-même atteint du syndrome et seulement capable de bouger une paupière. C'est de cette façon qu'il va dicter son livre, lettre par lettre, à sa collaboratrice. Plus récemment, c'est le cas d'un britannique qui a retenu l'attention. En 2012, Tony Nicklinson, piégé dans son corps réclame le droit de mourir. Sa requête est rejetée par la justice. Il explique alors aux journalistes : "Nos avocats sont prêts à aller jusqu'au bout de la démarche judiciaire (en faisant appel, NDLR), mais cela représente pour moi une nouvelle et longue période d'inconfort physique et de détresse mentale." Refusant de se soigner et de manger, il finira par mourir peu de temps après. Cette détresse, Martin Pistorius l'a aussi ressenti très vite. "La dure réalité m'a frappé. J'allais passer le reste de ma vie comme ça, totalement seul." Commence alors le même cérémonial pendant près de 12 ans. A 5h du matin, son père l'habille et l'amène dans un centre de soins spécialisés. A la fin de la journée, il revient le chercher, le douche, lui donne à manger et le couche. Toutes les deux heures, il vient le retourner dans son lit pour éviter les escarres. "Personne ne me montrera plus jamais de la tendresse, personne ne m'aimera plus jamais," pensait alors le jeune homme. Le désespoir de sa mère n'arrange pas les choses. Un jour, elle lui glisse à l'oreille, sans savoir qu'il entendait : "J'espère que tu vas mourir." Martin a fini par comprendre la réaction de sa mère qui ne voyait plus que l'ombre de son fils. La journée, il est installé devant la télé et regarde le même dessin animé pour enfants. Il souffre en silence. "Je ne peux pas dire à quel point je haïssais Barney," du nom du personnage principal, explique-t-il aujourd'hui. Pour lui, la seule manière de tenir est de ne plus penser. Il observe les rayons de soleil sur le mur et détermine ainsi l'heure approximative qui lui indiquera la fin de son cauchemar audiovisuel. De cette manière, il tente de reprendre le contrôle de sa vie. Au fur et à mesure des années, son corps réagit, à la surprise générale, et il parvient à se faire comprendre par son entourage. Aujourd'hui âgé de 39 ans, il ne peut pas marcher mais a retrouvé l'usage de la partie haute de son corps. Pour parler, il utilise un ordinateur et tape sur un clavier. Il vit désormais à Harlow en Angleterre et s'est même marié. Lui qui ne pouvait plus bouger d'un pouce, a réussi à écrire son histoire dans un livre "Quand j'étais invisible". Martin a rattrapé le temps perdu.

Lucie-y

Voir les commentaires

Publié le par Lucie-y
Publié dans : #Crime islamiste!
Je suis Charlie

Je suis Charlie

L'horreur !
L'horreur !

Ils connaitront l’enfer au bout de leurs vies, et non le paradis auquel ils aspirent, alors pourquoi tant de meurtres ? Ils sont inhumains... Ils n’atteindront jamais les vrais musulmans qui, eux, sont pour la paix !

Lucie-y

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>


kiosque à journaux

 





 

Gtix annuaire

" >ArtQuid

ArtQuid

Articles récents

Hébergé par Overblog